De nouveau au cœur de l’actualité de la compliance avec la publication de ses nouvelles recommandations destinées à constituer un référentiel en matière de prévention des risques de corruption et de trafic d’influence pour les entreprises, l’Agence française anticorruption (AFA) fait encore l’objet de critiques du terrain. Lors d’un webinaire dédié au décryptage de ces dernières directives, Charles-Henri Boeringer, associé du cabinet Clifford Chance, et ses consoeurs Alice Dunoyer de Segonzac et Karima Chaib, regrettent qu’elle n’ait pas opté pour une approche plus pragmatique, évitant de se noyer dans les détails.

Source et copyright : Affiches Parisiennes, 12 février 2021

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles